Neurostimulation

pour aller plus loin

Cerveau

histoire de la Neurostimulation en quelques dates

1875 : mise en évidence par le neuro-physiologue Richard Caton de la présence de courants électriques dans le cerveau.

1929 : le neurologue Hans Berger  mesure l’activité cérébrale grâce à l’électro-encéphalogramme.

1950 : le neurophysiologiste William Gray Walter découvre « l’effet photique »: le cerveau réagit et répond aux stimulations lumineuses (comme aux stimulations sonores) en alignant ses ondes cérébrales sur les fréquences reçues.

Depuis une cinquantaine d’années, des scientifiques tels que Georgi Lozanov, Michael Hutchinson, Dave Siever, Gérald Oster, Thomas Budzinski, Robert Cosgrove, Igor Capel, Harold Roussel… ont expérimenté la neurostimulation en s’appuyant sur les apports de connaissances issus des recherches en neuroscience.

En France, depuis 2010, Elvis Goiffon, qui s’est formé à la neurostimulation au Canada, crée et développe le concept « Neurostim-Institut » et dispense une formation qualifiante afin que cette technique se pratique progressivement et plus largement sur le territoire français. (www.neurostim-institut.com)

le fonctionnement du cerveau

Le cerveau est composé d’environ 100 milliards de neurones et de milliards de connexions entre eux! Le passage de l’information d’un neurone à l’autre sous forme d’influx nerveux génère l’activité cérébrale qui se matérialise par l’apparition d’ondes. 

Le cerveau émet naturellement 5 ondes basses fréquences (delta, thêta, alpha, beta et gamma) qui sont simultanément présentes dans notre cerveau et varient selon nos états de consciences (plein éveil, éveil, sommeil léger, sommeil profond …) 

Pour des raisons multiples provenant de facteurs environnementaux (perturbateurs endocriniens, pollution atmosphérique, pollution visuelle et sonore, chocs émotionnels, maltraitances physiques et psychologiques…), le cerveau ne parvient plus à produire certaines de ses ondes en quantité suffisante ce qui provoque  divers troubles fonctionnels. Il faut alors stimuler l’activité neuronale afin de rétablir et réguler la production et la libération de  certains neurotransmetteurs.

80 % des pathologies sont de nature psychosomatique, ce qui est la conséquence du lien fondamental entre l’esprit, les émotions et le corps. Le symptôme s’identifie par le corps, mais l’origine provient du donneur d’ordre : le cerveau.

Abstract%20Pattern%2019_edited.png
Abstract%20Pattern%2019_edited.png
Abstract%20Pattern%2019_edited.png
Abstract%20Pattern%2019_edited.png
Abstract%20Pattern%2019_edited.png
Abstract%20Pattern%2019_edited.png
Abstract%20Pattern%2019_edited.png
Abstract%20Pattern%2019_edited.png
Abstract%20Pattern%2019_edited.png
Abstract%20Pattern%2019_edited.png
Abstract%20Pattern%2019_edited.png
Abstract%20Pattern%2019_edited.png
Abstract%20Pattern%2019_edited.png
Abstract%20Pattern%2019_edited.png
Abstract%20Pattern%2019_edited.png

les 5 ondes basses fréquences qui rythment notre cerveau

Onde Delta (0.5 à 4 Hz)

  • correspondent aux ondes les plus lentes et des plus hautes amplitudes

  • elles sont générées dans des états de méditation profonde, sommeil profond, coma

  • ce créneau de fréquence déclenche la production d’endorphine et d’une hormone de croissance favorable à la guérison et la régénération cellulaire. (c’est notamment pour cette raison que les grands brûlés ou accidentés sont plongés dans un état de coma artificiel)

Onde Thêta (4 à 7 Hz)

  • correspondent à la relaxation profonde

  • c’est l’état de rêve éveillé, elles augmentent la créativité, facilitent les états de conscience modifié 

  • elles sont utilisées, en association avec les ondes Delta, pour traiter des troubles tels que l’addiction, l’hyperactivité, les TOC …

Ondes Alpha (7 à 13 Hz)

  • circulent dans l’intégralité du cortex et favorisent la coordination mentale globale

  • elles prennent le contrôle de notre cerveau pour le libérer du stress et établir une sensation de calme et d’apaisement, nécessaire par exemple pour canaliser son attention et faciliter les apprentissages

Ondes Bêta (13 à 35 Hz)

  • correspondent aux activités mentales courantes, pensées actives, actions et réactions, vivacité d’esprit

  • ce sont des ondes rapides, activées lorsque nous sommes en alerte, ou engagés dans une réflexion, prise de décision, le traitement d’une information

  • elles sont utilisées dans les programmes de développement et d’apprentissage de type scolaire mais aussi dans le cadre de préparation mentales pour sportifs de haut niveau

Ondes Gamma (+ de 35 Hz)

  • correspondent aux traitements des informations provenant de différentes zones du cerveau et demandant une concentration soutenue

  • elles impliquent la mémoire, les pensées intégrées, les processus de raisonnements et de création et un traitement rapide et dense des différentes informations.

objectifs de la neurostimulation

  • Equilibrer et synchroniser les 2 hémisphères du cerveau pour optimiser les capacités cérébrales

  • Réguler la production neurochimique du cerveau et ainsi réguler l’état émotionnel du sujet

  • Stimuler le thalamus et l’hippocampe

  • Favoriser la synaptogénèse et la neurogénèse

une thérapie alternative

  • La stimulation vibratoire des cellules nerveuses du cerveau (par le son et/ou la lumière) est un procédé naturel et précis, respectant la personne, pour lui apporter une aide thérapeutique à différents problèmes physiologiques, 

  • Comme toute thérapie alternative, elle ne peut se substituer à un traitement en cours prescrit par la médecine conventionnelle, mais s’inscrit comme soutien et complémentarité dans la démarche de soin, afin de prévenir, soulager et améliorer significativement l’état global du patient.